Un avenir commun entre pratiques agricoles et valorisation de la biodiversité?

Abeilles solitaires, papillons, vers de terre, limaces et carabes sont des indicateurs très utiles  pour évaluer l’état du milieu et nous renseigner sur la pollinisation, la fertilité des sols ou la lutte contre les ravageurs en milieu agricole.

Mardi 15 juin, les 22 élèves de secondes de la MFR La Péruse, Terres-de-Haute-Charente, se sont rendus au Domaine des Etangs (Massignac – Charente) pour participer à des protocoles d’étude sur la biodiversité et les pratiques agricoles, sous la conduite du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) du Périgord-Limousin et dans le cadre des programmes de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB). Ces journées de partage de connaissances et d’études avec les lycéens de la région ont reçu le soutien de la Fondation Didier et Martine Primat.

Soucieuse de démocratiser la mise en pratique des inventaires de biodiversité en milieu agricole, la Fondation Primat a permis, grâce à un don en amont aux programmes nationaux de l’OAB,  le développement d’une application digitale plus facile à manipuler. Cette application, en cours de rodage, va permettre aux écoles et exploitations participantes de transmettre de précieuses informations de terrain vers une base de données nationale gérée par le Museum Nationale d’Histoire Naturelle et de mettre peu à peu en évidence les liens entre les pratiques agricoles et la santé des écosystèmes.

Le Domaine des Etangs à Massignac en Charente Limousine, conscient de sa responsabilité envers les générations futures, s’engage à transmettre des écosystèmes naturels à l’équilibre, ou restaurés. Le déploiement de ces indicateurs du vivant sur le Domaine des Etangs et sur d’autres exploitations participantes est un pas important pour mieux connaître l’état du milieu et encourager une gestion raisonnée des activités agricoles et humaines qui y prennent place.

Partager
En savoir plus

« Paysans designers, un art du vivant », une exposition sur les enjeux du design en agriculture au MADD de Bordeaux

Le Musée des Arts décoratifs et du Design (MADD) de Bordeaux nous invite à découvrir à travers son exposition « Paysans designers, un art du vivant » en quoi le design participe à repenser la relation de l’homme avec la nature. En partenariat avec l’Université du Domaine du Possible, le réseaux des grandes fermes en transition agroécologiques et avec le soutien de la Fondation Primat, l’exposition montre de nouveaux espaces de réflexion et de contribution du design à l’agriculture au moment où celle-ci se questionne et s’engage dans des évolutions et de nouvelles approches plus respectueuses des écosystèmes et du vivant. Inaugurée le 14 juillet 2021, l’exposition est ouverte au public jusqu’en janvier 2022.

Partager
En savoir plus

Qu’y a-t-il dans vos emballages alimentaires ? Lancement d’UP Scorecard un système d’évaluation pour des emballages alimentaires plus sains et durables

Qu’est-ce qu’ UP Scorecard ? UP Scorecard est un outil scientifique en ligne destiné à aider les utilisateurs et l’industrie à privilégier des articles et des emballages alimentaires sains et écologiquement durables.

Cet outil en ligne, gratuit et facile à utiliser, a été développé grâce à une collaboration sans précédent entre des entreprises alimentaires leaders en durabilité, des ONGs et des experts techniques. UP Scorecard constitue une ressource faisant autorité pour les entreprises ainsi que pour les défenseurs de l’environnement et de la santé humaine.

Le développement continu d’UP Scorecard est rendu possible grâce au soutien financier de la Fondation Didier et Martine Primat au Food Packaging Forum.

Partager
En savoir plus

« Witness » l’œuvre d’Emma Critchley sera au Pavillon Italien de la Biennale d’architecture de Venise

Le 24 juillet prochain l’œuvre « Witness »  d’Emma Critchley commissionnée dans le cadre de la résidence Eath Water Sky de Science Gallery Venise avec le soutien de la Fondation Primat sera présentée en direct à l’intérieur du Pavillon Italien de la Biennale d’architecture de Venise et également en ligne.

 Cette présentation pourra être visionnée en ligne de 11.30-1200, suivie par sa diffusion en ligne et en boucle de la pièce jusqu’à 17.30CET.

Le teaser de la pièce d’Emma est actuellement en ligne sur  le pavillon virtuel Italien via ce lien sur la chaîne Youtube

La version longue de 29 minutes de Witness sera ensuite exposée à partir du 25 juillet dans le pavillon virtuel (CityX) pendant toute la durée de la Biennale, jusqu’au 21 novembre.

 

 

Partager
En savoir plus

Qu’est-ce qu’on mange ? Forum de l’alimentation et de la gastronomie de demain du 9 au 11 juillet 2021

Sous le haut patronage du Ministère de l’Agriculture et en présence de son ministre, Julien de Normandie, la première édition du Festival de l’alimentation et de la gastronomie de demain ouvrira ses portes à Agen le vendredi 9 juillet 2021.

L’Institut de l’Économie Positive avec le soutien de la Fondation Primat et en partenariat avec le réseau international Chefs4thePlanet organisent avec la ville d’Agen un forum de rencontres, conférences et débats pour rassembler tous ceux qui contribuent, au quotidien, à promouvoir de bons produits et une cuisine gourmande, saine et durable pour inspirer le plus grand nombre.

Un espace de partage et un dynamisme territorial renforcé

Ce festival a pour objectif de créer un espace de partage et une dynamique territoriale autour des grandes questions alimentaires. Faire émerger des solutions concrètes, valoriser la gastronomie locale et mettre en avant les initiatives positives constitueront le cœur des débats et questions. Sensibiliser le grand public aux enjeux agricoles, alimentaires et environnementaux actuels et à venir, ainsi qu’aux nouvelles tendances dans l’agrifood tech et l’innovation est la mission principale de ce 1er Festival qui a vocation à se renouveler chaque année à Agen.

Des intervenants d’envergure nationale (chefs d’entreprises, décideurs politiques, scientifiques, personnalités engagées, chefs) seront présents pour débattre avec les acteurs locaux (pouvoirs publics, entrepreneurs, agriculteurs, associations, chefs …). Le Festival se poursuivra par un week-end gastronomique en partenariat avec les restaurateurs et les commerçants d’Agen et proposera des animations gourmandes au grand public les 10 et 11 juillet 2021.

De nombreux chefs seront présents et mettront en valeur les produits du terroir : Michel Trama*, Eric Mariottat*, Michel Dussau, Benjamin Toursel*, Bernard Bach**, Michel et Louis Chabran*, Mathieu Martin*, Vivien Duran*, Manuel Nunez, Julien Amat, Vincent Lucas, Dina Nikolaou, Grégory Cohen, Cyril Dumont, Frédéric Fabre, Hervé Sauton, Michel Vico, Valérie Sieurac, Jimmy Crisa…

Partager
En savoir plus

Lancement de l’application digitale de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité

Après de longs mois d’attente, le nouveau site internet de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité est enfin disponible !
Une application de saisie de terrain  a également été conçue pour faciliter la participation des exploitations volontaires aux inventaires de biodiversité grâce au soutien du Ministère de l’Agriculture et de la Fondation Primat. Vous pouvez télécharger cette application depuis votre smartphone ou votre tablette ICI  

Le soutien de la Fondation Primat est mentionné dans la Lettre d’information de l’OAB n° 37 du Printemps 2021

 

Partager
En savoir plus

Troisième appel à candidature pour le programme de résidence en art et sciences environnementales EarthWaterSky

La  Fondation Primat est fière d’annoncer le lancement du troisième appel à candidature du programme de résidence en sciences et arts environnementaux #EarthWaterSky !

Nous recherchons un artiste de toute discipline qui soit réellement inspiré par la réflexion sur le temps et le lien entre la géologie de notre Terre et l’humanité. L’artiste doit également aimer le processus de recherche ainsi que l’engagement du public, et être capable de créer une nouvelle œuvre imaginative et extraordinaire qui capte l’attention, les sens, les esprits et les cœurs du public.

Découvrez l’appel ici

Le programme de résidence, sous les auspices  de Science Gallery Venise et de l’université Ca Foscari, est organisé par Ariane Koek et entièrement financé par la Fondation Didier et Martine Primat.

 

Partager
En savoir plus

Rapport 2020 de SYNLAB: la Fondation Primat témoigne de son soutien dans le cadre de la crise COVID.

La Fondation Didier et Martine Primat a fait la connaissance de Florence Rizzo la directrice de SYNLAB dans le cadre d’Ashoka, un réseau de soutien aux entrepreneurs sociaux et acteurs de changement. Un premier soutien a été accordé à Synlab en 2019, en vue de soutenir sa plateforme digitale d’entraide EtreProf.fr et afin d’y diffuser auprès des enseignants la pédagogie de la coopération d’Isabelle Peloux, formatrice spécialisée dans les relations entre enseignés et enseignants.
Dans un second temps, en réponse à la crise induite par l’épidémie de Covid-19, la Fondation Primat a décidé d’accorder un don complémentaire à Synlab pour permettre à l’association de mobiliser une task-force pédagogique visant à accompagner en urgence des dizaines de milliers d’enseignants.
Enfin, un don supplémentaire à la rentrée 2020-2021 a permis d’apporter une aide à certains établissements en zones prioritaires pour faciliter la réintégration des élèves fragilisés par le confinement du printemps.
La Fondation Primat a apprécié la réactivité de l’association dans le contexte de la crise sanitaire et son agilité dans l’utilisation des outils numériques pour diffuser ses messages au plus grand nombre. Voir le rapport annuel de Synlab ci-joint Rapport 2020

 

Partager
En savoir plus

Des nouvelles des recherches menées au sein de l’Université Domaine du Possible

La Fondation Didier et Martine Primat participe au soutien financier des recherches menées au sein de l’Université Domaine du Possible.

Delphine Laurant a démarré sa thèse en mars 2019 encadrée par le CIRAD, centre de recherche agronomique pour le développement sur les expériences de productions menées  sur le site du Domaine du Possible.

L’objectif de sa recherche est de comprendre le fonctionnement et les interactions entre les différents ateliers présents sur le site (élevage de chevaux, grandes cultures, cultures fourragères, maraîchage), tout en intégrant les enjeux organisationnels liés à une production agricole en collectif.  Son travail permettra de mieux comprendre les trajectoire, les modes d’organisation ainsi que les flux matériels et immatériels circulant entre les productions et entre les membres du collectif permettant de faire fonctionner conjointement plusieurs ateliers (idées, valeurs, compétences, …).

Delphine a encore une année de travail avant d’approcher la finalisation de sa thèse. Cette dernière phase sera consacrée à l’écriture et sera accompagnée, comme tout son processus de recherche par Didier Bazile et Christophe Le Page de l’UMR SENS (unité de recherche Savoirs, Environnement, Sociétés) du CIRAD .

Titre de la thèse : « Accompagner les processus permettant de favoriser l’intégration entre les ateliers de production d’une ferme diversifiée et gérée en collectif. Une approche participative sur le cas du Domaine du Possible ».

Partager
En savoir plus

Richard Mosse capture les dommages environnementaux affectant la forêt amazonienne

Richard Mosse présente Tristes Tropiques à la Jack Shainman Gallery- New York – une série de cartes photographiques à grande échelle capturant les dommages environnementaux dans la forêt amazonienne. Dans le cadre de ce travail, Mosse commencera sa résidence à distance au CERN au printemps 2021, qui débouchera sur une commande artistique avec le soutien de la Fondation Didier et Martine Primat et de son fonds spécial ODONATA.

Le photographe irlandais Richard Mosse repousse les limites de ce qui est possible dans la photographie documentaire. Au cours de l’année écoulée, Richard a capturé les effets de la dégradation de l’environnement en Amazonie par l’agriculture industrielle et la déforestation . À l’aide d’un système d’information géographique (SIG), il a traité des milliers d’images multispectrales prises par drone au-dessus de chaque site pour créer des cartes photographiques à grande échelle qui documentent la dégradation de l’environnement dans l' »arc de feu » du Brésil.

Les scientifiques utilisent l’imagerie multispectrale pour détecter la déforestation, le rejet de dioxyde de carbone, la pollution toxique et d’autres aspects des dommages causés à l’écosystème fragile, ce qui a attiré Mosse à utiliser ce médium par réflexe. « L’une des principales raisons d’adopter les technologies des caméras multispectrales est que les scientifiques les utilisent pour détecter les changements environnementaux, et qu’ils peuvent en imager l’étendue grâce à cette technologie. J’ai réalisé qu’elle produisait accidentellement une très belle palette de couleurs, mais qu’elle fonctionnait aussi de manière métaphorique, comme faisant en quelque sorte partie du récit que j’essaie de dépeindre. Elle peut également être utilisée dans certains cas pour montrer l’ampleur des traces destructrices et de la pollution de l’homme sur le paysage, la topologie ou l’environnement naturel », a-t-il expliqué dans un récent podcast avec Monocle.

 

Partager
En savoir plus